Utiliser l'echinacea pour prévenir le rhume ?

Sommaire

Originaire d'Amérique du Nord, l'echinacea (échinacée) est une plante connue pour ses propriétés anti-rhume. Sa réputation n'est pas démontrée scientifiquement.

Ainsi, selon les résultats d'une dernière étude américaine, non seulement l'echinacea ne réduirait pas l’intensité d’un rhume, mais elle n'aurait aussi qu'un effet marginal sur la durée de ses symptômes.

Résultats contradictoires de l'echinacea sur le rhume

Une étude américaine a été menée entre janvier 2004 et août 2008. Publiée dans les Annals of Internal Medicine, cette étude a impliqué 719 patients, âgés entre 12 et 80 ans, qui avaient les symptômes du rhume.

L'étude a révélé que :

  • les participants ayant consommé de l’echinacea n’ont pas ressenti d'amélioration au niveau de l’intensité des symptômes : toux, mal de gorge, congestion nasale, etc. ;
  • la durée des symptômes a été écourtée de 10 %, ce qui équivaut à 7 à 10 heures sur une période de 5 jours.
Cela dit, ce résultat s’est avéré non significatif au niveau statistique : une tendance évoquant une certaine efficacité de l’echinacea est tout de même observable, ce qui ne permet pas d’exclure de potentiels effets positifs pour combattre le rhume.

Ces résultats, associés à ceux d’essais et de méta-analyses, ont cependant conduit les chercheurs américains à conclure que cette plante a « seulement de petits effets bénéfiques » pour les personnes enrhumées. En revanche, une autre méta-analyse regroupant quatorze études cliniques a montré que l’échinacée pouvait réduire de 58 % le risque d’attraper un rhume, elle aurait donc surtout un intérêt d'un point de vue préventif.

La controverse au sujet de l’efficacité de l’echinacea pour traiter le rhume demeure donc toujours aujourd'hui.

Contre-indications et/ou interactions

Attention toutefois si vous souhaitez utiliser l'echinacea, car cette plante présente des contre-indications et/ou des interactions médicamenteuses :

  • dans les maladies auto-systémiques (sida, tuberculose) ou auto-immunes (sclérose en plaques, lupus) en raison des effets possibles de la plante sur le système immunitaire ;
  • avec les médicaments immunosuppresseurs : l'echinacea pouvant s'opposer à leur action ;
  • en cas d'allergies aux plantes de la famille des astéracées : marguerite, pissenlit, chrysanthème, etc.

À noter que l'échinacée possède des propriétés anti-inflammatoires, de sorte qu'elle est susceptible de limiter la fièvre qui est un processus de guérison naturel mis en place par l'organisme pour lutter contre les infections. Elle est donc utile en prévention mais doit être utilisée avec précaution en cas d'infection et notamment de Covid-19.

D'autres remèdes naturels contre le rhume existent, dont l'efficacité est avérée :